New! Search for patents from more than 100 countries including Australia, Brazil, Sweden and more

EP0251935A1 - Arme à feu barillet, et barillet perfectionné associé - Google Patents

Arme à feu barillet, et barillet perfectionné associé Download PDF

Info

Publication number
EP0251935A1
EP0251935A1 EP19870401557 EP87401557A EP0251935A1 EP 0251935 A1 EP0251935 A1 EP 0251935A1 EP 19870401557 EP19870401557 EP 19870401557 EP 87401557 A EP87401557 A EP 87401557A EP 0251935 A1 EP0251935 A1 EP 0251935A1
Authority
EP
EUROPEAN PATENT OFFICE
Prior art keywords
barrel
channel
characterized
associated
chamber
Prior art date
Legal status (The legal status is an assumption and is not a legal conclusion. Google has not performed a legal analysis and makes no representation as to the accuracy of the status listed.)
Withdrawn
Application number
EP19870401557
Other languages
German (de)
English (en)
Inventor
Jean Beltzer
Current Assignee (The listed assignees may be inaccurate. Google has not performed a legal analysis and makes no representation or warranty as to the accuracy of the list.)
Matra Manurhin Defense
Original Assignee
Matra Manurhin Defense
Priority date (The priority date is an assumption and is not a legal conclusion. Google has not performed a legal analysis and makes no representation as to the accuracy of the date listed.)
Filing date
Publication date
Priority to FR8609749 priority Critical
Priority to FR8609749A priority patent/FR2601124B1/fr
Application filed by Matra Manurhin Defense filed Critical Matra Manurhin Defense
Publication of EP0251935A1 publication Critical patent/EP0251935A1/fr
Application status is Withdrawn legal-status Critical

Links

Images

Classifications

    • FMECHANICAL ENGINEERING; LIGHTING; HEATING; WEAPONS; BLASTING
    • F41WEAPONS
    • F41AFUNCTIONAL FEATURES OR DETAILS COMMON TO BOTH SMALLARMS AND ORDNANCE, e.g. CANNONS; MOUNTINGS FOR SMALLARMS OR ORDNANCE
    • F41A3/00Breech mechanisms, e.g. locks
    • F41A3/64Mounting of breech-blocks; Accessories for breech-blocks or breech-block mountings
    • F41A3/74Obturating or packing devices for gas leak prevention in breech mechanisms
    • F41A3/76Obturating or packing devices for gas leak prevention in breech mechanisms specially adapted for sealing the gap between the forward end of the cartridge chamber and the rearward end of the barrel, e.g. sealing devices for revolvers or revolver-type guns

Abstract

L'invention concerne une arme à feu à barillet, dont le barillet (100) comporte une pluralité de chambres (108).
Conformément à l'invention, le barillet (100) com­porte un canal (101) associé à chaque chambre (108) et dé­bouchant dans ladite chambre en avant de la douille, l'au­tre extrémité du canal recevant un piston (111), lequel piston vient en appui contre la carcasse de l'arme lors de la mise à feu et provoque par réaction un déplacement du barillet vers l'avant pour supprimer le jeu de fonctionne­ment entre barillet et canon et réaliser une parfaite étan­chéité avant de la chambre de combustion.
Application notamment à la réalisation de revol­vers à barillet.

Description

  • La présente invention concerne les armes à feu à barillet, et plus particulièrement mais non limitative­ment les revolvers à barillet.
  • Les barillets, qu'ils soient basculants ou non, comportent une pluralité de chambres pouvant recevoir une munition ou cartouche, et sont montés sur une tige co­axiale dans un logement associé de la carcasse de l'arme.
  • Un jeu de fonctionnement entre le barillet et le canon est indispensable pour permettre une rotation auto­matique du barillet autour de son axe après chaque tir, afin de présenter au dispositif de mise à feu et de gui­dage du projectile une nouvelle cartouche préalablement chargée. Ce jeu de fonctionnement est a fortiori néces­saire lorsque l'arme est à barillet basculant, pour per­mettre le chargement de l'arme par pivotement de l'ensem­ble du barillet par son pivot, autour d'un axe parallèle, mais décalé, à son propre axe de symétrie.
  • Il est bien connu que, dans les armes à feu, la précision du tir dépend de plusieurs facteurs.
  • En plus de facteurs purement structurels, tels que d'une part la précision d'alignement entre le canon de l'arme et la chambre du barillet concernée, et d'autre part la rectitude et l'état des rayures du canon, la pré­cision du tir est largement influencée par la vitesse ini­tiale du projectile. Pour un projectile donné, c'est-à-­dire pour une quantité donnée de poudre contenue dans la douille de la cartouche, cette vitesse dépend essentiel­lement de la pression qui règne dans la chambre au moment de la combustion de la poudre propulsive, et donc de la qualité de l'étanchéité que doit avoir la chambre de com­bustion et son environnement.
  • L'étanchéité arrière est assurée dans toute arme travaillant avec des cartouches par la douille elle-même en contact avec la paroi intérieure adjacente de la cham­bre.
  • L'étanchéité avant doit quant à elle être assurée par la mécanique de l'arme. Cette étanchéité avant est particulièrement sensible sur les armes à barillet pour lesquelles le jeu de fonctionnement entre barillet et ca­non est nécessaire, ainsi que cela a été rappelé plus haut.
  • Une technique très ancienne, proposée à la fin du siècle dernier par les frères NAGANT, reposait sur le principe d'une étanchéité réalisée entre la douille de la cartouche et l'entrée du canon.
  • Selon ce principe, il s'agissait de faire péné­trer la munition dans la chambre du revolver pour réaliser un tube continu : le barillet est déplacé vers l'avant par un poussoir d'actionnement relié à la gachette, de sorte que l'extrémité antérieure de la douille, à l'intérieur de laquelle se trouve le projectile, pénètre alors dans l'ar­rière du canon ; lorsque la pression se relâche, un ressort ramène le barillet en arrière, ce qui dégage la douille vide de la chambre et permet ainsi au barillet de tourner.
  • Cette technique, certes ingénieuse pour l'époque, présente des inconvénients importants. Il faut d'abord prévoir un collet dans le canon, contre lequel vient en appui la douille de la munition ; ceci va de pair avec une munition spéciale, car le projectile est complètement enveloppé par la douille, sans quoi la translation néces­saire du barillet serait excessivement grande. De plus, ce mécanisme implique la présence de plusieurs pièces pour organiser la translation du barillet, ce qui est désavan­tageux tant pour la fiabilité que pour le coût de fabrica­tion.
  • Des techniques s'apparentant à celles des frères Nagant sont illustrées dans le brevet anglais No 15 753 (1909) et dans le brevet allemand No 58 338 : on trouve en effet le principe selon lequel on utilise un système à ba­rillet déplaçable par un poussoir d'actionnement relié au mécanisme de l'arme.
  • Pour éviter ces inconvénients, les techniques actuelles visent à réduire le plus possible le jeu de fonctionnement, entre barillet et canon. Un usinage soi­gné permettra d'arriver à jeu faible, par exemple de l'or­dre de quelques dixièmes de millimètre, mais ce jeu n'est jamais supprimé.
  • De plus, la présence de ce jeu de fonctionnement ne permet pas d'éviter la fuite de particules incandescen­tes par l'entrefer (ces grains de poudre chauffés sont appelés souvement "crachements" par les spécialistes du domaine). Il est à noter que cet inconvénient particulier était supprimé avec la technique précitée des frères NAGANT grâce au principe du tube continu.
  • Il a été par ailleurs proposé d'utiliser une bague d'étanchéité disposée dans la partie avant du barillet, la­dite bague étant projetée lors de la mise à feu contre l'extrémité adjacente du canon pour obturer localement le joint de séparation entre canon et face avant du barillet (voir par exemple le brevet américain No 3 768 362) ; il s'agit néanmoins de techniques compliquées et onéreuses (la bague doit être en matériau noble pour supporter les températures élevées en présence).
  • L'état de la technique est enfin illustré par les systèmes adapté aux seules munitions sans douilles pour armes automatiques : le barillet peut être déplacé selon un mouvement hélicoïdal pour le chargement de la culasse ou l'éjection d'une munition non percutée, mais ledit barillet reste dans une même position longitudinale à la mise à feu (voir par exemple le brevet américain No 3 889 572).
  • L'invention a pour objet de proposer une arme à feu à barillet, et un barillet perfectionné associé, per­mettant de réaliser une très bonne étanchéité avant entre le barillet et le canon de l'arme, sans mécanisme d'action­nement mettant en oeuvre plusieurs pièces mécaniques mobi­les, et sans nécessiter l'emploi de munitions spéciales avec douille enveloppante.
  • Il s'agit plus particulièrement d'une arme à feu à barillet, dont le barillet comportant une pluralité de chambres peut tourner sur une tige coaxiale dans un loge­ment associé de la carcasse de l'arme, caractérisée par le fait que le barillet comporte un canal associé à chaque chambre et débouchant dans ladite chambre en avant de la douille de la munition qui y est disposée, l'autre extré­mité dudit canal recevant un organe d'obturation coulis­sant, et par le fait que ledit organe d'obturation coulis­sant vient en appui contre la carcasse de l'arme lors de la mise à feu sous l'effet de la pression des gaz de com­bustion et, par réaction, provoque un déplacement du ba­rillet vers l'avant jusqu'à la suppression du jeu de fonc­tionnement entre barillet et canon.
  • On pourrait envisager une voie de communication entre deux ou plusieurs canaux, mais l'efficacité est meilleure si chaque canal est totalement indépendant des autres canaux prévus sur le barillet.
  • Le canal associé à chaque chambre peut être rec­tiligne et incliné, débouchant alors au niveau de la sur­face latérale du barillet, ce qui implique d'adapter en conséquence la carcasse de l'arme; le canal peut aussi être incurvé, mais son usinage est alors particulièrement difficile. Il est ainsi préférable de prévoir que chaque canal est de section sensiblement circulaire, et est cons­titué par une portion rectiligne avant débouchant dans la chambre associée, et une portion rectiligne arrière s'y raccordant débouchant au niveau de la face arrière du ba­rillet.
  • Dans ce cas, l'axe de la portion rectiligne ar­rière du canal du barillet est de préférence parallèle à l'axe de la chambre associée.
  • Selon une mesure avantageuse, l'axe de la portion rectiligne avant du canal rencontre l'axe de la chambre associée, et en particulier est perpendiculaire à l'axe de la chambre associée. Pour une bonne utilisation de la matière du barillet, le plan défini par les axes des por­tions rectilignes du canal est sensiblement perpendiculai­re au plan défini par l'axe de la chambre associée et l'axe du barillet.
  • Selon un premier type, la portion rectiligne avant ne débouche pas vers l'extérieur ; on aura alors de préfé­rence recours à une technique d'usinage du type électro-­érosion. Selon un autre type, la portion rectiligne avant débouche vers l'extérieur au-delà de son raccordement à la portion rectiligne arrière, et comporte un moyen d'ob­turation rapporté. Dans ce cas, la portion rectiligne avant du canal est au moins en partie filetée, le moyen d'obtu­ration étant alors un bouchon fileté, ou encore le moyen d'obturation rapporté, du type bouchon ou bille, est serti.
  • L'organe d'obturation coulissant peut être commun à deux ou plusieurs canaux, notamment pour éviter l'appa­rition d'un couple parasite, mais il est plus simple de prévoir que l'organe d'obturation coulissant est un piston allongé, chaque piston étant indépendant des autres pis­tons prévus sur le barillet, l'effet du couple précité étant dans la pratique négligeable.
  • Pour une plus grande efficacité du système, il est intéressant que chaque piston coulisse dans un alésage d'extrémité du canal dont le diamètre est sensiblement plus grand que le diamètre moyen dudit canal.
  • Pour éviter tout risque de perte d'un piston, un organe d'arrêt est associé à chaque piston pour en limiter la course vers l'extérieur du barillet ; de préférence, cet organe d'arrêt est fixé dans un canal associé débou­chant latéralement vers l'extérieur du barillet, l'extré­mité dudit organe d'arrêt coopérant avec une butée prévue sur le piston, et en particulier, l'extrémité de l'organe d'arrêt pénètre dans une rainure du piston, dont le bord avant constitue la butée.
  • L'invention concerne également un barillet per­fectionné destiné à équiper une arme à feu à barillet (basculable ou non), ce barillet comportant de façon con­nue une pluralité de chambres. Un barillet conforme à l'invention est caractérisé par le fait qu'il comporte en outre un canal associé à chaque chambre et débouchant dans ladite chambre en avant de la douille de la munition qui peut y être disposée, et par le fait que l'autre extrémité dudit canal, débouchant au niveau de la face arrière du barillet, reçoit un organe d'obturation coulissant libre­ment à la manière d'un piston.
  • De préférence, comme indiqué plus haut, un organe d'arrêt, fixé dans un canal associé débouchant latérale­ment, est associé à chaque piston pour en limiter la cour­se vers l'arrière.
  • D'autres caractéristiques et avantages de l'inven­tion apparaîtront plus clairement à la lumière de la des­cription qui va suivre et des dessins annexés, concernant un mode de réalisation particulier de l'invention, en ré­férence aux figures où :
    • - la figure 1 est une coupe axiale illustrant partielle­ment une arme à feu à barillet de conception classique, le barillet étant ici basculant,
    • - la figure 2 est une vue arrière d'un barillet conforme à l'invention, duquel on a retiré les pistons d'obtura­tion pour clarifier le dessin,
    • - la figure 3 est une coupe selon III-III de la figure 2, intégrée dans une coupe partielle d'une arme dont le barillet est chargé, avec un projectile en début de mou­vement,
    • - la figure 4 est une coupe partielle selon IV-IV de la figure 2 intégrée dans une coupe de détail de l'arme, permettant de mieux distinguer le canal de communication et son piston d'obturation,
    • - la figure 5 est une coupe partielle illustrant une va­riante de la figure 4, dans laquelle le canal comporte une portion débouchante obturée.
  • La figure 1 est une coupe axiale illustrant par­tiellement une arme à feu à barillet de conception clas­sique, le barillet étant ici basculant. Il s'agit en fait d'un revolver à barillet d'un type couramment rencontré comportant une carcasse 1 dans le logement 2 de laquelle est disposé un barillet 3 qui peut tourner sur une tige coaxiale 4. Cette tige 4 est ici reliée à un pivot de barillet 5 permettant le basculement de celui-ci pour per­mettre le chargement du revolver par pivotement de l'en­semble du barillet autour d'un axe 6 parallèle, mais déca­lé, à son propre axe de symétrie 7. On distingue également une tige d'éjecteur 8 dont l'extrémité arrière est reliée à l'éjecteur central 9 qui permet d'éjecter simultanément toutes les balles du barillet lorsque celui-ci est en po­sition basculée. On distingue également l'entrée du canon 10 et le jeu de fonctionnement 11 entre la face avant du barillet et le bord arrière de l'entrée du canon (ce jeu de fonctionnement est en principe de l'ordre de quelques dixièmes de millimètre). Le barillet 3 comporte de façon classique une pluralité de chambres 12 pour recevoir les cartouches. Ces chambres 12 peuvent être constituées par un alésage conique et un alésage cylindrique, ces deux alésages étant raccordés par une section qui peut être droite, ou, ainsi qu'illustré ici, conique (c'est le cas pour le 357 Magnum par exemple).
  • Ainsi que cela a été expliqué plus haut, la vi­tesse initiale du projectile dépend essentiellement de la pression qui règne dans la chambre au moment de la combus­tion de la poudre propulsive, et donc de la qualité de l'étanchéité que doit avoir la chambre de combustion et son environnement. L'étanchéité arrière est toujours assu­rée par la douille elle-même en contact avec la paroi in­térieure adjacente de la chambre, tandis que l'étanchéité avant, assurée par la mécanique de l'arme, résulte de l'usinage des faces définissant le jeu de fonctionnement 11, lequel usinage doit être aussi soigné que possible pour avoir un jeu de fonctionnement minimal.
  • Avec cette conception classique, la présence du jeu de fonctionnement 11 rend l'étanchéité avant nécessai­rement imparfaite, et ne permet pas d'éviter les irrégula­rités de vitesse et/ou de précision, ainsi que les crache­ments.
  • L'invention vise précisément à supprimer ce jeu de fonctionnement entre barillet et canon, ainsi que cela va être décrit en regard des figures 2 à 4.
  • Conformément à un aspect essentiel de l'inven­tion, le barillet 100 comporte un canal 101 associé à cha­que chambre 108 et débouchant dans ladite chambre au ni­veau d'un orifice 109 situé en avant de la douille 110 de munition qui y est disposée, l'autre extrémité dudit canal recevant un organe d'obturation coulissant 111 ; cet or­gane d'obturation coulissant 111 vient en appui contre la carcasse de l'arme lors de la mise à feu sous l'effet de la pression des gaz de combustion et, par réaction, provo­que un déplacement du barillet 100 vers l'avant jusqu'à la suppression du jeu de fonctionnement 11 entre barillet et canon. On réalise ainsi au moment du tir une étanchéité avant de très haute qualité, ce qui permet d'obtenir une vitesse initiale du projectile 112 sensiblement plus élevée qu'avec les systèmes classiques.
  • Il est à noter que cette étanchéité est réalisé beaucoup plus simplement qu'avec le système des frères NAGANT, étant donné qu'aucune transmission mécanique n'intervient pour réaliser la poussée du barillet vers l'avant, ledit barillet étant presque instantanément plaqué contre l'en­trée du canon sous l'effet de la pression des gaz de com­bustion (pour fixer les idées, on estime que l'avancée du barillet est réalisée environ en 1/10 000 ème de se­conde). On parvient ainsi à réaliser par d'autres moyens le principe idéal du tube continu au moment de la mise à feu, et ce avec une munition de conception classique dont le projectile n'a pas à être enveloppé par la douille.
  • La figure 3 illustre la situation au moment où le percuteur 113 vient d'être actionné, et où le projecti­le 112 commence juste à pénétrer dans l'entrée du canon ; sur cette figure, on ne distingue que l'orifice 109 par lequel le canal 101 débouche dans la chambre de combustion.
  • On pourrait envisager une voie de communication entre deux ou plusieurs canaux 101, mais l'efficacité du système est meilleure si chaque canal est totalement indé­pendant des autres canaux prévus sur le barillet 100. La figure 2 illustre un tel mode de réalisation avec six chambres 108, et six canaux 101 associés, débouchant d'une part dans la chambre 108 correspondante, et d'autre part au niveau de la face arrière 114 du barillet.
  • La figure 4 donne une illustration possible pour la configuration des canaux 101. Le canal 101 est ainsi constitué par une portion rectiligne avant 115 débouchant dans la chambre associée 108, et une portion rectiligne arrière 116 débouchant au niveau de la face arrière 114 du barillet. On aurait pu prévoir un canal rectiligne et incliné débouchant au niveau de la surface latérale du barillet, mais ceci aurait impliqué d'adapter en consé­quence la carcasse de l'arme, ce qui eût été moins ration­nel. La portion rectiligne arrière 116 est ici parallèle à l'axe de la chambre associée 108, mais il va de soi que l'on pourrait prévoir une légère inclinaison pour chacune des portions rectilignes arrière.
  • La portion rectiligne avant 115 présente quant à elle un axe qui rencontre l'axe de la chambre associée 108, et qui est même sensiblement perpendiculaire audit axe. Afin de ne pas affaiblir la résistance mécanique du barillet 100, le canal 101 doit être correctement placé entre deux chambres adjacentes 108 : on obtient ainsi une bonne utilisation de la matière du barillet en prévoyant que le plan défini par les axes des portions rectilignes du canal 101 est sensiblement perpendiculaire au plan dé­fini par l'axe de la chambre associée et l'axe du barillet (sur la figure 2, ceci se traduit par une orthogonalité entre la portion 115 et le plan de symétrie du barillet passant par l'axe de la chambre 108 associée).
  • Plusieurs conceptions différentes peuvent être envisagées pour la configuration du canal 101, mais le souci de l'homme de l'art doit être guidé à la fois par des commodités d'usinage, et également par le fait que la longueur totale du canal doit être la plus faible pos­sible, tout comme la distance entre l'orifice 109 et le bord avant de la douille de la cartouche, de façon à ob­tenir un temps d'effet minimal et une réaction ultra­rapide pour l'avancée du barillet lors de la mise à feu. On pourrait ainsi concevoir un canal incurvé qui serait très performant quant au temps de réaction, mais qui se­rait par contre particulièrement difficile à usiner. Un canal formé de deux portions rectilignes se raccordant est ainsi nettement préférable. Le perçage de la portion rectiligne arrière 116 ne pose pas de problème particu­lier, mais celui de la partie rectiligne avant 115 peut être plus difficile : à moins d'adopter une inclinaison de cette portion permettant d'avancer un outil d'usinage dans la chambre, on devra faire appel à d'autres techni­ques si cette portion est sensiblement perpendiculaire à l'axe de ladite chambre. Si l'on souhaite avoir une por­tion rectiligne avant ne débouchant pas vers l'extérieur, on fera alors de préférence appel à une technique d'usina­ge du type électro-érosion ; si par contre cette portion débouche vers l'extérieur, l'usinage en est considérable­ment simplifié, mais il faut alors prévoir un moyen d'ob­turation rapporté. Cette dernière variante est illustrée à la figure 5, dont la coupe partielle permet de distin­guer une portion rectiligne 115 du canal se prolongeant au-delà de son raccordement par une partie 115ʹ débouchant latéralement, et dans laquelle est disposé un moyen d'ob­turation rapporté 117 : si la partie 115ʹ est filetée, ce moyen sera alors un bouchon fileté, mais on peut également concevoir un moyen du type bouchon ou bille qui est serti dans la partie 115ʹ.
  • L'organe d'obturation coulissant pourrait être commun à deux ou plusieurs canaux, en prévoyant une liai­son saillant de la face arrière du barillet, ceci notam­ment pour éviter l'apparition d'un couple parasite, mais il est préférable de prévoir que l'organe d'obturation coulissant 111 est un piston allongé, et que chaque piston est indépendant des autres pistons prévus sur le barillet. Cette solution est plus simple, et n'altère pratiquement pas les performances du système car l'effet du couple pré­cité est en fait négligeable. Ainsi qu'illustré à la fi­gure 4, il est intéressant de prévoir que le piston 111 coulisse dans un alésage d'extrémité 116ʹ du canal dont le diamètre est sensiblement plus grand que le diamètre moyen dudit canal. Dans la pratique, les portions 115, 116, 116ʹ seront de section sensiblement circulaire.
  • Pour éviter tout risque de perte d'un piston 111 lors des manipulations du barillet, il est intéressant de prévoir un organe d'arrêt 118, fixé dans un canal as­socié 119 débouchant latéralement vers l'extérieur du barillet, et dont l'extrémité coopère avec une butée pré­vue sur le piston. Ainsi que cela a été représenté sur les figures 4 et 5, on peut prévoir un organe d'arrêt sous forme d'une vis à téton dont l'extrémité pénètre dans une rainure 120 du piston 111, le bord avant 121 de ladite rainure constituant la butée. Il conviendra naturellement de prévoir un certain jeu entre l'extrémité de l'organe d'arrêt 118 et la butée 121 afin de ne pas altérer en quoi que ce soit la partie active du mouvement du piston 111 lors de la mise à feu, au cours de laquelle la portion arrière dudit piston est violemment appliquée contre la face en regard 122 de la carcasse. Il convient de noter que le ba­rillet 100 qui vient d'être décrit peut équiper directement une arme à feu existante comportant un barillet classique.
  • En conséquence, l'invention couvre également un barillet remarquable en ce qu'il comporte un canal 101 as­socié à chaque chambre et débouchant dans ladite chambre en avant de la douille de la munition qui peut y être dé­posée, et en ce que l'autre extrémité dudit canal, débou­chant au niveau de la face arrière du barillet, reçoit un organe d'obturation 111 glissant librement à la manière d'un piston. De préférence, le barillet de l'invention comporte un organe d'arrêt 118 associé à chaque piston 111 pour en limiter la course vers l'arrière.
  • L'invention n'est pas limitée au mode de réalisa­tion qui vient d'être décrit, mais englobe au contraire toute variante reprenant avec des moyens équivalents les caractéristiques essentielles figurant aux revendications.
  • En particulier, l'invention s'applique à tout type d'arme à feu à barillet, et non pas seulement aux revolvers.

Claims (19)

1. Arme à feu à barillet, dont le barillet com­portant une pluralité de chambres peut tourner sur une ti­ge coaxiale dans un logement associé de la carcasse de l'arme, caractérisée par le fait que le barillet (100) comporte un canal (101) associé à chaque chambre (108) et débouchant dans ladite chambre en avant de la douille de la munition qui y est disposée, l'autre extrémité dudit canal recevant un organe d'obturation coulissant (111), et par le fait que ledit organe d'obturation coulissant vient en appui contre la carcasse de l'arme lors de la mise à feu sous l'effet de la pression des gaz de combus­tion et, par réaction, provoque une déplacement du barillet (100) vers l'avant jusqu'à la suppression du jeu de fonc­tionnement (11) entre barillet et canon.
2. Arme à feu selon la revendication 1, caracté­risée par le fait que chaque canal (101) est totalement indépendant des autres canaux prévus sur le barillet (100).
3. Arme à feu selon l'une des revendications 1 et 2, caractérisée par le fait que chaque canal (101) est de section sensiblement circulaire, et est constitué par une portion rectiligne avant (115) débouchant dans la chambre associée (108), et une portion rectiligne arrière (116) s'y raccordant débouchant au niveau de la face arrière (114) du barillet (100).
4. Arme à feu selon la revendication 3, caracté­risée par le fait que l'axe de la portion rectiligne arriè- (116) du canal (101) est essentiellement parallèle à l'axe de la chambre associée (108).
5. Arme à feu selon l'une des revendications 3 et 4, caractérisée par le fait que l'axe de la portion recti­ligne avant (115) du canal (101) rencontre l'axe de la chambre associée (108).
6. Arme à feu selon la revendication 5, caracté­risée par le fait que l'axe de la portion rectiligne avant (115) est sensiblement perpendiculaire à l'axe de la cham­bre associée (108).
7. Arme à feu selon l'une des revendications 5 et 6, caractérisée par le fait que le plan défini par les axes des portions rectilignes (115, 116) du canal (101) est sensiblement perpendiculaire au plan défini par l'axe de la chambre associée (108) et l'axe du barillet (100).
8. Arme à feu selon l'une des revendications 5 à 7, caractérisée par le fait que la portion rectiligne avant (115) ne débouche pas vers l'extérieur.
9. Arme à feu selon l'une des revendications 5 à 7, caractérisée par le fait que la portion rectiligne avant (115, 115ʹ) débouche vers l'extérieur au-delà de son raccordement à la portion rectiligne arrière (116), et comporte un moyen d'obturation rapporté (117).
10. Arme à feu selon la revendication 9, caracté­risée par le fait que la portion rectiligne avant (115ʹ) du canal est au moins en partie filetée, le moyen d'obtu­ration (117) étant alors un bouchon fileté.
11. Arme à feu selon la revendication 9, caracté­risée par le fait que le moyen d'obturation (117) rapporté, du type bouchon ou bille, est serti.
12. Arme à feu selon l'une des revendications 1 à 11, caractérisée par le fait que l'organe d'obturation coulissant (111) est un piston allongé, chaque piston étant indépendant des autres pistons prévus sur le baril­let (100).
13. Arme à feu selon la revendication 12, caracté­risée par le fait que chaque piston (111) coulisse dans un alésage d'extrémité (116ʹ) du canal (101) dont le diamètre est sensiblement plus grand que le diamètre moyen dudit canal.
14. Arme à feu selon l'une des revendications 12 et 13, caractérisée par le fait qu'un organe d'arrêt (118) est associé à chaque piston (111) pour en limiter la cour­se vers l'extérieur du barillet (100).
15. Arme à feu selon la revendication 14, caracté­risée par le fait que l'organe d'arrêt (118) est fixé dans un canal associé (119) débouchant latéralement vers l'ex­térieur du barillet (100), l'extrémité dudit organe d'ar­rêt coopérant avec une butée (121) prévue sur le piston (111).
16. Arme à feu selon la revendication 15, caracté­risée par le fait que l'extrémité del'organe d'arrêt (118) pénètre dans une rainure (120) du piston (111), dont le bord avant constitue la butée (121).
17. Arme à feu selon l'une des revendications 1 à 16, caractérisée par le fait que le barillet (100) est monté sur une tige coaxiale (4) pouvant basculer autour d'un pivot (5) dont l'axe est parallèle à celui du baril­let.
18. Barillet destiné à équiper une arme à feu, comportant de façon connue une pluralité de chambres, ca­ractérisé par le fait qu'il comporte en outre un canal (101) associé à chaque chambre (108) et débouchant dans ladite chambre en avant de la douille, et par le fait que l'autre extrémité dudit canal, débouchant au niveau de la face arrière (114) du barillet, reçoit un organe d'obtura­tion (111) coulissant librement à la manière d'un piston.
19. Barillet selon la revendication 18, caracté­risé par le fait qu'un organe d'arrêt (118), fixé dans un canal associé (119) débouchant latéralement, est associé à chaque piston (111) pour en limiter la course vers l'ar­rière.
EP19870401557 1986-07-04 1987-07-02 Arme à feu barillet, et barillet perfectionné associé Withdrawn EP0251935A1 (fr)

Priority Applications (2)

Application Number Priority Date Filing Date Title
FR8609749 1986-07-04
FR8609749A FR2601124B1 (fr) 1986-07-04 1986-07-04 Arme a feu a barillet, et barillet perfectionne associe

Publications (1)

Publication Number Publication Date
EP0251935A1 true EP0251935A1 (fr) 1988-01-07

Family

ID=9337088

Family Applications (1)

Application Number Title Priority Date Filing Date
EP19870401557 Withdrawn EP0251935A1 (fr) 1986-07-04 1987-07-02 Arme à feu barillet, et barillet perfectionné associé

Country Status (3)

Country Link
US (1) US4793084A (fr)
EP (1) EP0251935A1 (fr)
FR (1) FR2601124B1 (fr)

Families Citing this family (1)

* Cited by examiner, † Cited by third party
Publication number Priority date Publication date Assignee Title
US5443542A (en) * 1994-12-09 1995-08-22 Colt's Manufacturing Company Inc. Revolver barrel with improved barrel throat and method of manufacture

Citations (4)

* Cited by examiner, † Cited by third party
Publication number Priority date Publication date Assignee Title
DE58338C (fr) *
GB190915753A (en) * 1909-07-06 1910-02-17 Myron Clark Lisle Improvements in Fire Arms.
FR2144422A5 (fr) * 1971-08-26 1973-02-09 Karlsruhe Augsburg Iweka
FR2200497A1 (fr) * 1972-09-23 1974-04-19 Karlsruhe Augsburg Iweka

Family Cites Families (6)

* Cited by examiner, † Cited by third party
Publication number Priority date Publication date Assignee Title
US790634A (en) * 1904-08-01 1905-05-23 Harry Hirsh Automatic breech-sight for pistols.
US2866386A (en) * 1956-05-01 1958-12-30 Victor F Lucht Design for guns employing split chamber
CH373669A (de) * 1959-06-18 1963-11-30 Oerlikon Buehrle Ag Ladevorrichtung an einer automatischen Feuerwaffe mit Revolvertrommel
US3159938A (en) * 1962-07-27 1964-12-08 Jr John W Treat Gas seal for rotatable cartridge drum
DE2347855C3 (fr) * 1971-08-26 1978-08-10 Industrie-Werke Karlsruhe Augsburg Ag, 7500 Karlsruhe
US4694602A (en) * 1986-06-17 1987-09-22 Pust Klaus O M Revolver handgun

Patent Citations (4)

* Cited by examiner, † Cited by third party
Publication number Priority date Publication date Assignee Title
DE58338C (fr) *
GB190915753A (en) * 1909-07-06 1910-02-17 Myron Clark Lisle Improvements in Fire Arms.
FR2144422A5 (fr) * 1971-08-26 1973-02-09 Karlsruhe Augsburg Iweka
FR2200497A1 (fr) * 1972-09-23 1974-04-19 Karlsruhe Augsburg Iweka

Also Published As

Publication number Publication date
FR2601124B1 (fr) 1988-10-21
US4793084A (en) 1988-12-27
FR2601124A1 (fr) 1988-01-08

Similar Documents

Publication Publication Date Title
FR2616856A1 (fr) Mecanisme de commande d'ecartement rapide et controle de deux pieces en contact
EP0086711A1 (fr) Sabot pour projectile sous-calibré
EP0395456A1 (fr) Dispositif de liaison entre un premier et un deuxième tronçon de projectile gyrostabilisé
FR2540239A1 (fr) Projectile a noyau et revetement ductile et cartouche comprenant un tel projectile
FR2774162A1 (fr) Projectile a guide conique polygonal pour arme a feu a canon raye, et munition comportant un tel projectile
EP0573093A1 (fr) Dispositif pour le freinage de la glissière d'une arme à feu
FR2729749A1 (fr) Cartouche de leurrage infrarouge et dispositif de leurrage comportant une telle cartouche
EP0354088A1 (fr) Dispositif d'ouverture d'empennage pour obus
FR2669367A1 (fr) Cle a empreintes et poussoir mobile, barillet pour ladite cle.
EP0048204A1 (fr) Cartouche à actionnement pyrotechnique de charge utile avec sécurité
EP1006335A1 (fr) Dispositif de freinage en translation d'un projectile sur trajectoire
EP0333542A1 (fr) Munition pour armes à feu, notamment munition de chasse
EP0138640A1 (fr) Charge militaire explosive
EP0032857A1 (fr) Maître cylindre
BE1015572A3 (fr) Arme semi-automatique avec dispositif de reglage des gaz pour le rearmement.
US4982646A (en) Barreled weapon
FR2568994A1 (fr) Arme a feu de petit calibre a mecanisme de culasse assiste
FR2624962A1 (fr) Tete de projectile, destinee a la dispersion d'une substance dispersable telle qu'une composition incendiaire
FR2699659A1 (fr) Dispositif de liaison cisaillable entre un tronçon avant et un tronçon arrière d'une munition.
EP0036811A1 (fr) Mortier à tir rapide
FR2459105A1 (fr) Pince pour le soudage par points de deux elements
EP0362064B1 (fr) Arme automatique à barillet, à grande cadence de tir
FR2821151A1 (fr) Projectile perforant pour une munition de petit ou de moyen calibre et procede de montage d'un tel projectile perforant
EP0571265A1 (fr) Système de chargement d'une munition dans une chambre pivotante
FR2687217A1 (fr) Munition multiple et arme pour la mise en óoeuvre d'une telle munition.

Legal Events

Date Code Title Description
AK Designated contracting states:

Kind code of ref document: A1

Designated state(s): AT BE CH DE ES FR GB GR IT LI LU NL SE

17P Request for examination filed

Effective date: 19871214

17Q First examination report

Effective date: 19880817

18D Deemed to be withdrawn

Effective date: 19891128

RIN1 Inventor (correction)

Inventor name: BELTZER, JEAN